Nous avons testé… participer à un vide-grenier !

All-focus

Le grand désencombrement opéré depuis quelques mois a généré pas mal de tri et de nombreux objets ont été mis de côté en attendant de partir vers la déchetterie, vers le dépôt Emmaüs, vers le dépôt-vente de vêtements ou ont fait l’objet de petites annonces en ligne. Un grand panneau annonçant un vide-grenier dans notre village (panneau vu le mardi pour le dimanche) a été le déclic pour me décider à participer à mon premier vide-grenier. En obsédée de l’organisation grande organisatrice que je suis, j’ai tout préparé au millimètre pour que cette première fois se passe à merveille !

Bon, pour mon premier vide-grenier, je n’ai pas été déçue : il a fait beau puis nous avons eu 2h de pluies diluviennes puis on a enchaîné avec un soleil caniculaire ! La fréquentation s’est donc joué sur les premières heures (avant 9h45) puis entre 11h45 et 13h (après, les visiteurs sont allés déjeuner et n’ont plus osé s’aventurer en plein cagnard, voyez la photo…). Cela ne m’a pas empêché de vendre quasiment tout mon stock pour la coquette somme de 180 €. J’en déduis les 3 € de stand réglés à l’organisateur, et cela fait 177 € de bénéfice. Le vide-grenier ayant eu lieu dans notre village, je n’ai eu aucun frais de déplacement ni de restauration (merci à mon amoureux de m’avoir préparé et apporté un déjeuner frais !).

Je n’avais pas non plus passé trop de temps à tout préparer ni fait d’achat de matériel : j’ai utilisé deux énormes cartons de siège-auto de Souris recouverts d’une vieille nappe  pour me faire une longue table ; du film plastique restant de notre précédent déménagement (celui qu’on utilise pour emballer les matelas ou pour recouvrir le sol quand on fait des travaux) en guise de bâche ; des cartons de couches, des boîtes plastique qui me servent dans la maison et des sacs cabas pour organiser mes articles.

Je vous partage enfin quelques conseils qui m’ont été utiles pour réussir cette journée de vente…

Matériel à prévoir :

– Une table (en l’occurrence, deux gros cartons de siège auto) + une nappe si nécessaire ;

– Un fauteuil confortable (car la journée peut être longue) ;

– Une bâche pour poser au sol + une bâche pour recouvrir en cas de pluie ;

– Les affichettes déjà préparées + des papiers brouillons + un marqueur + des pinces à linge (ou du scotch) ;

– Des ciseaux ;

– Des cintres pour les vêtements et de quoi les suspendre (pour moi, une poignée sur un meuble a fait l’affaire ainsi qu’une tour range-CD, ces deux meubles étant à vendre !) ;

– 1 ou 2 sacs poubelle d’ordures ménagères et un sac pour les recyclables (à cause de la pluie, j’ai préféré jeter mes cartons qui avaient pris l’humidité) ;

– De la monnaie car certains visiteurs n’ont pas l’appoint et des sacs si certains achètent plusieurs articles ;

– Le kit solaire de base : lunettes de soleil, chapeau, de l’eau et de la crème solaire !

Actions à prévoir :

– Réserver l’emplacement auprès de l’organisateur (et se renseigner sur le prix du stand !) ;

– Suite au désencombrement, mettre de côté tout ce qui est « vendable » et s’assurer du (très) bon état ;

– Tout nettoyer, dépoussiérer, repasser (pour les vêtements !) ;

– Évaluer le prix de vente, et un prix minimum en dessous duquel il est préférable de conserver l’objet ;

– Faire une liste des articles mis en vente, avec les prix mentionnés ci-dessus, qui permettra de noter les ventes au fur et à mesure ;

– Rassembler en bacs ou cartons (en cas de pluie, les boîtes plastique avec couvercle c’est mieux !) les vêtements, les livres, les peluches…

– Faire des affichettes avec les tailles de vêtements (notamment les vêtements enfant) ou avec des prix attractifs (« 1 € le DVD et 0,50 € le CD » sur un carton m’a permis d’en vendre pour 15  € !), mais pas pour tout non plus ! ;

– La veille au soir : tout rassembler près de la porte pour être prêt à sortir sans faire trop de bruit à 6h ;

Sur place :

– Être sur place dès le début d’installation annoncé par l’organisateur ;

– Mettre à l’avant du stand ce qui va attirer les enfants (peluches, livres pour enfants) et les bacs qui nécessitent de fouiller (vêtements bébé…) ;

– Refaire les affichettes avec papier brouillon et marqueur en cas de pluie sur les premières affichettes prévues… ;

– Verbaliser lors des échanges avec les acheteurs, pour éviter tout malentendu : « Cela fait donc … €, sur les …. € que vous me donnez je vous rends … € » ;

– Refaire ou réorganiser le stand plusieurs fois, pour que tout soit accessible ou attractif (quand plusieurs personnes ont fouiné dans les bacs de vêtements par exemple) ;

– En fin de journée, trier sur place (car en rentrant à la maison, on est plus trop motivé !) : ce qui est à jeter ; ce qui est à recycler ; ce qui est à donner à Emmaüs ou à une autre association ; ce qui doit être rangé (les cintres par exemple !) et éventuellement ce qui doit être conservé pour une prochaine fois !

Et au retour, faire le bilan des ventes avec le total vendu en ôtant le prix du stand !

Des visiteurs m’ont dit à plusieurs reprises que mon stand était bien organisé, que les affichettes étaient bien pratiques et que tout était en parfait état (et que c’était appréciable au vu d’autres stands qui ont pris la pluie), ça fait toujours plaisir ! 🙂

Et vous, avez-vous prévu de participer à un vide-grenier cet été ? Moi je reverrai peut-être l’année prochaine, car je n’ai plus rien à vendre !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s